Archives mensuelles : février 2007

Les nuits de la glisse

ou comment payer 12 € pour assister à la projection d’un divx.

J’ai rencontré Thierry Donard à la gravière en Septembre 2006.
Ayant vu qu’il filmait en argentique (16mm), j’ai voulu aller lui poser quelques questions sur son matos.
Il m’a pris de haut en me prouvant par a+b que ma caméra était une merde,
qu’il pouvait sortir une résolution de 2k, etc..
Bien sûr j’étais convaincu, même si je n’ai jamais filmé en 16mm,
pas besoin d’avoir fait mathsup pour capter que 2k est mieux que HD, HD mieux que SD.

Donc là je vois que les Nuits de la Glisse passent à Bayonne. Je me dis chouette,
un film de glisse en argentique, vu son discours il a du se payer un report 35mm de super qualité, etc.

J’aime beaucoup les Nuits de la Glisse.
Etant fils de windsurfer, ayant eu le privilège
d’aller tous les hivers en montagne dans les années 80,
de voir Robby Naish à la Torche de la grande époque, je connais.
J’ai eu la plupart des posters. J’ai été végétarien 2 ans après avoir lu le bouquin d’Yves Bessas, « La Glisse ».
Pour moi ils (les personnages des films et Uhaina raconté par Yves Bessas) représentaient le vrai côté de la glisse : des amoureux de la glisse, indépendants des marques, inventeurs, globe trotters, passant du surf au ski, du ski au parapente, etc.

Bref. On arrive au cinoche, prix non indiqué à l’avance de 12€, banderoles de marques au pied de l’écran, et sur la toile les icônes trahissant un projecteur numérique. Blasé.
Que dire du film ? J’espérais voir des images des anciens films, genre celles de Tahiti avec Arsene Arehoe ou du Wind avec Robby Naish. L’apparition de Robbie tient en 1 minute. Quasiment pas un mot sur Laird Hamilton. Pas un mot sur Patrick de Gayardon. 80% d’images de ski.

C’est quand même un bon film avec des belles images, mais avec un titre comme « heroes of freeride » – 25 ans de rétrospective des nuits de la glisse, je m’attendais à autre chose.
Si vous y allez pour voir les images de Hossegor en septembre 2006, vous allez être décus, à part les – très belles – images aquatiques de Lionel Sarran, les bonnes vagues du sol je les ai aussi sur le montage cidessous – sauf que j’ai changé 3 fois d’angle dans la matinée…

Moralité : j’ai rien contre Thierry Donard, j’admire son talent pour les prises de vue en hélico, mais je ne peux pas saquer qu’on juge mon travail avant même de l’avoir vu, sur le simple matos. La qualité d’une caméra ne fait pas tout.
Moi aussi je filmerais en 16mm un de ces jours, sauf que je me balladerais avec mon propre projecteur, à l’ancienne, pour proposer des scéances à un prix décent, ET en argentique. Vive le cinéma !

Dynamite surfing

oui c’est au sens littéral :) il faut regarder jusqu’au bout c’est assez hallucinant.
ça doit revenir un peu cher la vague, mais personne au pic !
trouvé sur marketing alternatif où ils prétendent que c’est une (saloperie de) buzz lancé par quiksilver, la super marque underground aux 92 M$ de bénef.
i found this at marketing alternatif (you want to watch the end it’s pretty amazing) :